With global attention on the gender pay gap over the past several years, does a pay gap between men and women persist in Canada?

A new multi-country study on the state of the gender pay gap — Progress on the Gender Pay Gap: 2019 — reveals that women in Canada earn, on average, $0.84 per every $1.00 men earn. This 2019 study, commissioned by Glassdoor Economic Research, offers gender pay gap data for Canada, the United States, United Kingdom, France, Germany, Australia, the Netherlands and Singapore, and is based on more than half a million salary reports shared on Glassdoor by employees over the past three years.

The study seeks to understand both the “unadjusted” and “adjusted” pay gap in each country. The unadjusted pay gap explains the overall difference between pay for men and women, while applying statistical controls for a more apples-to-apples comparison is known as the adjusted pay gap.

The unadjusted pay gap between men and women in Canada is 16.1 per cent, meaning women earn, on average, $0.84 for every $1.00 men earn. When statistical controls are applied for worker and job characteristics, including worker age, education, years of experience, occupation, industry, location, year, company and job title, the adjusted pay gap in Canada shrinks to 4.0 per cent, with women earning $0.96 for every $1.00 men earn.

“Over the past several years, company leaders, politicians, celebrities and more around the world have called to put an end to the gender pay gap. Glassdoor’s comprehensive study validates that Canada has a pay gap and that there is still much progress to be made to reach equal pay,” said Glassdoor Chief Economist Dr. Andrew Chamberlain. “Leveraging Glassdoor’s unique salary and pay database, this global study shows significant pay gaps remain around the world, and it shines a light on the factors that explain the documented differences in pay between men and women and where unexplained barriers continue to slow the march toward pay equity.”

The pay gap can be divided into what can be “explained,” due to differences in worker characteristics (e.g., age, education, etc.), and what remains “unexplained.” Glassdoor researchers found that roughly 62 per cent of the overall pay gap in Canada can be explained by worker characteristics with the remainder fitting into the unexplained category. This means the unexplained pay gap could be attributed to factors such as workplace bias (whether intentional or not), negotiation gaps between men and women and/or other unobserved worker characteristics.

One of the most significant factors contributing to the pay gap is the industry and jobs that men and women sort themselves into, also known as “occupational sorting,” which explains about 52 per cent of the overall pay gap in Canada. Eleven per cent of Canada’s pay gap is due to differences in education and experience between men and women.

Gender Pay Gaps Around the World

The 2019 Glassdoor study revisits a 2016 study from Glassdoor analyzing the pay gaps (both unadjusted and adjusted) between men and women in the U.S., UK, France and Australia. Since 2016, the pay gaps in these countries have improved slightly, although significant pay gaps remain between men and women. The pay gap data for Canada, the Netherlands and Singapore is new to the 2019 report.

Findings in each of these markets are similar: a larger unadjusted pay gap that shrinks, but does not disappear, when additional factors such as worker experience, age, location and job title are considered. Of the eight countries in the 2019 study, Germany has the largest unadjusted pay gap (22.3 per cent), while France has the smallest unadjusted pay gap (11.6 per cent).

See the full Glassdoor Economic Research report, Progress on the Gender Pay Gap: 2019, including an in-depth analysis of the gender pay gap across all eight countries.


Une étude économique révèle un écart salarial entre les sexes au Canada

Avec l’écart salarial entre les sexes faisant l’objet d’une attention mondiale au cours des dernières années, est-ce qu’il y a toujours un écart salarial entre les hommes et les femmes au Canada ?

Une nouvelle étude multinationale sur l’état de l’écart salarial entre les femmes et les hommes  —Progress on the Gender Pay Gap: (Progrès sur l’écart salarial entre les sexes : ) 2019—révèle qu’au Canada, les femmes gagnent, en moyenne, 0,84 $ par dollar gagné par un homme. L’étude de 2019, commandée par le Service de recherche économique de Glassdoor, a fait ressortir l’état de l’écart salarial entre les sexes au Canada, aux États-Unis, au Royaume-Uni, en France, en Allemagne, en Australie, aux Pays-Bas et à Singapour, et est basée sur plus d’un demi-million de rapports salariaux partagés sur la plateforme Glassdoor par des employés au cours des trois dernières années .

L’étude cherche de comprendre l’écart salarial « non ajusté » et « ajusté » dans chaque pays. L’écart salarial « non ajusté » explique la différence globale entre les salaires des hommes et des femmes. L’écart salarial « ajusté » inclus des contrôles statistiques pour permettre de comparer des hommes et des femmes aux caractéristiques semblables.

Au Canada, l’écart salarial non ajusté entre les hommes et les femmes est de 16,1 pour cent, ce qui signifie que les femmes gagnent, en moyenne, 0,84 $ pour chaque 1,00 $ gagné par les hommes. En appliquant des contrôles statistiques pour les caractéristiques des travailleurs et de l’emploi, tels que l’âge, le niveau de scolarité, les années d’expérience, le métier, le secteur, la ville, l’année, l’entreprise et le titre du poste, l’écart salarial au Canada diminue à 4,0 pour cent, les femmes gagnant 0,96 $ pour chaque 1,00 $ gagné par les hommes.

« Au cours des dernières années, des chefs d’entreprises, des politiciens, des célébrités et d’autres personnes dans le monde entier ont appelé à éliminer l’écart salarial entre les sexes. L’étude exhaustive de Glassdoor confirme que le Canada a un écart salarial et qu’il y a encore beaucoup de progrès à faire pour atteindre l’équité salariale », a déclaré Andrew Chamberlain, Chef économiste chez Glassdoor. « Grâce à la base de données unique de Glassdoor sur les salaires et les rémunérations, cet étude mondial montre qu’il subsiste d’importants écarts salariaux dans le monde  et met en lumière les facteurs qui expliquent les différences de rémunération documentées entre hommes et femmes et les obstacles inexpliqués qui continuent à ralentir la marche vers l’égalité salariale. » .

L’écart salarial se divise en une partie « expliquée », en raison des différences dans les caractéristiques des travailleurs (p. ex., âge, scolarité, etc.), et en une partie inexpliquée ».  Les chercheurs de Glassdoor ont constaté qu’environ 62 pour cent de l’écart salarial global au Canada pouvait s’expliquer par les caractéristiques des travailleurs, les autres se classant dans la catégorie inexpliquée. Cela signifie que l’écart salarial inexpliqué pourrait être attribué à des facteurs tels que le préjugé en milieu de travail (intentionnel ou non), les écarts de négociation entre hommes et femmes et/ou d’autres caractéristiques non observées des travailleurs.

L’un des facteurs les plus importants qui contribuent à l’écart salarial est l’industrie et les emplois dans lesquels les hommes et les femmes se répartissent, aussi appelés « triage professionnel », ce qui explique environ 52 pour cent de l’écart salarial global au Canada. Onze pour cent de l’écart salarial au Canada est attribuable aux différences de scolarité et d’expérience entre les hommes et les femmes.

Écarts salariaux entre hommes et femmes dans le monde

L’étude Glassdoor 2019 a revisité une étude de 2016 de Glassdoor analysant les écarts salariaux (corrigés et non corrigés) entre les hommes et les femmes aux États-Unis, au Royaume-Uni, en France et en Australie. Depuis 2016, les écarts salariaux dans ces pays se sont légèrement améliorés, bien que des écarts salariaux importants subsistent entre les hommes et les femmes. Les données sur l’écart salarial pour le Canada, les Pays-Bas et Singapour sont nouvelles dans le rapport de 2019.

Les résultats dans chacun de ces marchés sont similaires : un écart salarial non ajusté plus important qui  diminue, mais qui ne disparaît pas, lorsqu’on tient compte de facteurs supplémentaires comme l’expérience des travailleurs, l’âge, le lieu de travail et le titre du poste. Sur les huit pays de l’étude de 2019, c’est l’Allemagne qui présente l’écart salarial non ajusté le plus important (22,3 pour cent), tandis que la France affiche l’écart salarial non ajusté le plus faible (11,6 pour cent).

Vous pouvez consultez le rapport complet du Service de recherche économique de Glassdoor,Progress on the Gender Pay Gap : 2019, y compris une analyse approfondie de l’écart salarial entre les hommes et les femmes dans les huit pays.